contact us
Press Release

ISG lance le Cloud Comparison Index™

Paris le 18 aout 2015

Julien Escribe Lyonel Rouast
  • Il s’agit du premier service debenchmarkqui compare les coûts entre Cloud public et infrastructure IT interne (privée).

  • Cette première édition démontre que selon l’utilisation, les clouds publics ne sont pas toujours moins chers

  • Les différences de prix vont jusqu’à 35% selon les fournisseurs de services cloud

Julien Escribe, Partner Lyonel Roüast, Partner & President SEMEA

Information Services Group (ISG) (NASDAQ: III), société leader dans le domaine des perspectives technologiques, de l’analyse du marché et du conseil, annonce le lancement du Cloud Comparison Index™, un service inédit de conseil et de benchmark qui compare le coût de différents Clouds publics, à la fois entre eux, et par rapport aux solutions IT internes.

Ce nouvel index s’appuie sur les données des coûts IT internes recensées dans la base de benchmark d’ISG et les compare aux prix des configurations de Cloud public des quatre plus grands fournisseurs  (Amazon Web Services, Google Cloud Platform, Microsoft Azure et IBM SoftLayer) fournis par Gravitant, partenaire stratégique d’ISG.

Le taux d’utilisation des instances est déterminant pour choisir entre Cloud public et infrastructure privée

La première édition démontre qu’il coûte moins cher de faire tourner une application sur une plateforme IT interne que dans le Cloud public quand la consommation de ressources informatiques de l’instance est supérieure à 55%, mais la tendance s’inverse et devient plus favorable au Cloud public en deçà des 55% pour certaines configurations.

Le taux d’utilisation de l’instance Cloud est défini comme le pourcentage de temps d’utilisation réel, 100% correspondant à un usage continu 24h/24, 7J/7. Pendant ce temps elle génère un coût pour l’entreprise et donc des frais envers les fournisseurs de Cloud public. Dans le cas de d’infrastructures spécialisées, l’étude révèle que le prix des Clouds publics varie grandement entre les fournisseurs, de 811$ à 1 096$ par mois pour un taux d’utilisation de 100%. La même configuration IT en interne revient à 548$ par mois, soit 32% moins chère que le Cloud public.

Cependant, quand le niveau de consommation moyen du Cloud public tombe à 55%, son coût devient équivalent à celui de l’IT interne. L’étude démontre que le Cloud public devient nettement plus avantageux financièrement dès lors que la durée des instances, et donc le taux d’utilisation (la consommation), diminue.

« Le Cloud public n’est pas toujours avantageux sur le plan financier », résume Julien Escribe, Partner et expert des solutions Cloud chez ISG France. « Tout est une question de degré de consommation. En cas de consommation intensive du Cloud public, le choix de l’IT interne pourrait s’avérer plus avantageux ; le rapport s’inverse quand la consommation du Cloud public est faible, et que les applications peuvent libérer davantage de ressources. Le seuil de rentabilité est autour de 55% pour la configuration spécifique que nous avons analysée. »

La proposition de valeur du Cloud public est intéressante aux yeux des entreprises qui achètent des services d’externalisation IT, fait remarquer Julien Escribe. « Vous ne payez plus votre infrastructure que lorsque vous en avez besoin, vos frais d’investissement diminuent nettement et vous éliminez quasiment la notion d’engagement, tout en réduisant les délais de provisioning des serveurs et du stockage. C’est une offre alléchante pour la plupart des acheteurs, mais ceux-ci doivent comprendre que cette proposition de valeur ne s’applique qu’à certaines applications et workloads, et non à un datacenter complet », ajoute-t-il.

Quelques-unes des autres conclusions de ce premier rapport Cloud Comparison Index™ :

  • Pour des configurations d’infrastructure identiques, les prix varient beaucoup entre les fournisseurs de Cloud public. A 100% de consommation, le différentiel de prix entre l’offre la plus onéreuse et la plus avantageuse est de 35%, et il s’atténue progressivement à mesure que le taux d’utilisation baisse.
  • Les prix du Cloud public sont très sensibles au taux d’utilisation. L’écart de prix entre les fournisseurs de Cloud public est deux fois plus important à 100% de consommation qu’à 50% de consommation.
  • La consommation est le principal vecteur de coût d’une offre Cloud, mais les configurations et les fonctionnalités jouent un rôle également important. Il suffit de configurations différentes avec des options supplémentaires, souvent spécifiques à chaque fournisseur Cloud, pour influencer le seuil de rentabilité entre les coûts du Cloud public et ceux de l’IT interne.

« Les entreprises ne doivent pas envisager les offres de Cloud public uniquement comme un moyen de réduire leurs coûts de fonctionnement, comme cela peut être le cas avec des solutions d’outsourcing traditionnelles », explique Julien Escribe. « Elles doivent plutôt voir le Cloud public comme un moyen de réduire ou d’éliminer leurs futurs frais d’investissement en n‘ayant plus à provisionner des capacités IT supplémentaires en interne en prévision de pics exceptionnels de la demande. Le Cloud public aide à éviter les frais superflus liés aux charges de travail volatiles. Les applications qui présentent un éventail d’utilisation très large et très variable sont les meilleurs candidats pour le Cloud. Pour que les scénarios de migration des workloads soient viables, il faut que les entreprises explorent les nuances entre les différents modèles de coûts et l’impact de ceux-ci sur des workload donnés. »

ISG prévoit de publier des analyses chaque trimestre et de mettre les rapports à la disposition des abonnés à AccessISG™, son service de consulting et d’information à la demande. Les prochains rapports porteront sur l’examen des coûts relatifs des Clouds publics comparés à ceux des solutions IT internes pour différentes configurations d’infrastructure, applications et workloads. 
  
« ISG est idéalement positionné pour aider nos clients à évaluer  le vrai coût d’une migration dans le Cloud public comparée au maintien des applications sur leur infrastructure privée interne », déclare Lyonel Roüast, Partner et Président SEMEA d’ISG « Le Cloud Comparison Index™ fédère nos propres données sur les coûts IT et celles des offres de Cloud public de Gravitant. C’est donc une plateforme analytique incroyablement efficace pour comparer les avantages relatifs des offres Infrastructure-as-a-Service (IaaS) à ceux des actifs IT sur site, à coûts fixes. C’est un formidable outil pour informer les DSI et autres responsables IT de l’évolution rapide et complexe des services Cloud et les aider à prendre les meilleures décisions. »