contact us
Press Release

Plus de grands contrats et une activité soutenue en France stimulent la croissance du marché de l‘outsourcing dans la région EMEA

Paris, 12 février 2015

Lyonel Rouast «Cette bonne année 2014 fait que la région EMEA reste le marché de l’outsourcing le plus actif au monde.»

Lyonel Roüast
Partner and Président SEMEA

La région EMEA demeure le marché numéro 1 de l’outsourcing avec une  valeur annuelle des contrats en hausse de 7 %

L’effet cumulé du nombre croissant de grands   contrats (et même des méga contrats) et d’une   activité plus soutenue en France fait que le marché   de l’outsourcing affiche une croissance de 7 % dans   la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique),   selon Information Services Group (ISG)   (NASDAQ:III), société leader dans le domaine des   perspectives technologiques, de l’analyse du   marché et du conseil.

Le Q4 EMEA ISG Outsourcing Index, qui évalue les contrats d’externalisation d’une valeur supérieure à 4 millions d’euros, révèle que grâce à un dernier trimestre solide, la région affiche sa meilleure performance annuelle depuis 2011 et la seconde meilleure année de la décennie. La valeur totale annuelle des contrats pour l’année 2014 avoisine les 9,5 milliards d’euros, contre 8,9 milliards d’euros en 2013, pour un nombre équivalent de contrats signés (588 en 2014 contre 595 en 2013).

La France bas des records

Cette croissance dans la zone EMEA doit beaucoup à l’activité soutenue du quatrième marché le plus important de la région, la France, qui affiche une progression en glissement annuel de 125 %. De plus, le nombre des méga contrats d’une valeur annuelle d’au moins 80 millions d’euros a  progressé de 25 %.

La France a connu une forte intensification de l’activité avec une augmentation de 127 % de la valeur annuelle des contrats par rapport à l’année 2013, imputable à plusieurs opérations de consolidation du marché, de gros contrats et une activité globalement plus dynamique. La taille importante des contrats n’est pas le seul facteur de la performance solide de la France, puisque le nombre total de contrats a augmenté de plus de 75 % au cours de l’année.

Lyonel Roüast, Partner et Président de ISG pour la zone SEMEA, basé en France, explique cette augmentation impressionnante du nombre total de contrats notamment par les nouvelles opportunités que représentent les solutions cloud et SaaS en termes d’outsourcing IT. « Les nouveaux paradigmes que sont le cloud et le SaaS ont très largement contribué à dynamiser le secteur et même si ils provoquent une certaine fragmentation. Cette fragmentation va vraisemblablement perdurer mais n’entame en rien la valeur totale que représente le marché du sourcing et de l’outsourcing en France.  2014 a également été une année riche en restructuration et en renégociations de grands contrats, notamment dans le secteur bancaire. »

Cette croissance du marché en EMEA se retrouve à l’échelle internationale puisque la valeur totale annuelle des contrats pour l’année 2014 atteint 18,5 milliards d’euros, en progression de 16 %, tandis que le nombre de contrats signés, en hausse de 4 %, se chiffre à 1 218, le second plus haut niveau historique.

Pour Lyonel Roüast : « Cette bonne année 2014 fait que la région EMEA reste le marché de l’outsourcing le plus actif au monde. Ceci s’explique par l’augmentation de la valeur annuelle des nouveaux contrats et des contrats de restructuration et par l’attribution de 20 méga contrats. C’est une tendance encourageante surtout que l’activité de l’outsourcing s’étend à toute la région et ne concerne pas seulement les marchés les plus matures. »

Dans toute la zone EMEA, la valeur annuelle des contrats d’ITO (Information Technology Outsourcing) a progressé de 13 % en 2014 et 452 contrats ITO ont été signés dans la région EMEA, un volume inédit. Les contrats d’infrastructure ont stimulé le marché, avec quelques gros contrats notamment, d’IBM avec ABN Amro et Lufthansa par exemple.

La valeur des contrats BPO (Business Process Outsourcing) continue de reculer pour la seconde année consécutive, avec cette fois une baisse de 12 %. Le nombre des contrats chute également de plus de 25 % si bien que le BPO est à son niveau le plus bas depuis 2010 tant en valeur qu’en volume. « Nous interprétons ces chiffres comme une forme de prudence du marché qui recule pour mieux sauter le pas du cloud. » explique Lyonel Roüast.

Côté industrie, les secteurs de la fabrication industrielle et de l’énergie affichent une progression de près de 30 % de la valeur annuelle des contrats, et une augmentation de 13 % pour le secteur des transports. Le secteur des services financiers, le plus important de la région EMEA, recule de 20 % en valeur annuelle des contrats en 2014, sa performance la plus médiocre des cinq dernières années, en partie en raison d’un ralentissement de l’activité contractuelle et de nouvelles pressions sur les prix sur ce marché.

Lyonel Roüast ajoute : « Nous avons de bonnes raisons de penser que la performance sera solide en 2015, même s’il faut s’attendre à ce que la croissance reste au mieux stable au premier semestre. En effet, comme les deux premiers trimestres de l’année 2014 étaient particulièrement bons, la première moitié de 2015 paraîtra fade en comparaison. »

Cliquer sur ce lien pour réécouter la présentation de l’EMEA ISG Outsourcing Index du 4ème trimestre 2014 aux médias et aux analystes et visionner les diapositives de présentation : http://www.isg-one.com/web/research-insights/isg-outsourcing-index